PartenaireSanté et Crohn et Colite Canada - Santé mentale

télécharger
YouTube

Transcripts

Beaucoup de gens reçoivent un diagnostic à la fin de l’adolescence ou dans la vingtaine, comme moi, et j’ai trouvé ça très difficile à l’époque. À 19 ans, on se croit invincible, alors ce n’est pas évident de comprendre le poids de ce verdict.

Vivre avec la maladie de Crohn ou la colite

À ce moment-là, je vivais avec des colocataires, ils faisaient la fête et tout ce que les jeunes de cet âge font pendant que moi, je passais mon temps aux toilettes. C’était difficile. De l’extérieur, bien sûr, je paraissais normale. J’ai toujours été plutôt mince, et les gens pensaient que j’étais en santé, alors qu’en réalité je n’absorbais aucun nutriment. C’est difficile de trouver des gens auxquels s’identifier à 19 ans quand on souffre d’une maladie chronique. On se sent très isolée.

Je me souviens d’une visite aux urgences où on m’a dit de retourner chez moi parce que j’avais l’air bien, alors que je souffrais d’un choc toxique. J’ai dû insister pour qu’on me fasse des analyses sanguines, et c’est là qu’ils ont réalisé que j’étais en état de choc toxique et qu’il fallait m’hospitaliser.

Près de 300 000 Canadiens sont atteints de la maladie de Crohn ou de colite ulcéreuse, deux formes de maladies intestinales inflammatoires.

J’ai appris deux choses sur la douleur durant ma carrière. Premièrement, les patients n’exagèrent pas leur douleur. Deuxièmement, la douleur est généralement pire que ce qu’ils décrivent. Ce que je veux dire par là, c’est que beaucoup souffrent aussi parce qu’ils ont peur de l’exclusion, que ce soit lié à leur emploi, à leur vie sociale, à leur famille, à leurs amis ou à la peur de perdre des amis.

Les gens atteints de la maladie de Crohn ou de la colite peuvent souffrir de dépression et ressentir de la honte et d’autres émotions négatives.

C’est vraiment dur de juger en se fiant aux apparences. La meilleure manière d’en parler avec quelqu’un est d’engager la conversation sur le sujet.

Nous voulons traiter chaque patient comme une personne. Une personne ayant des symptômes, une maladie et un parcours uniques.

Les maladies chroniques ne disparaissent pas durant une pandémie. Nous non plus.

Notre travail est important parce qu’il transforme la vie des gens.